Retour

Création du premier teaser pour la pièce Moi, Ota, Rivière d'Hiroshima de Jean-Paul Alègre pour la Compagnie TA58.

Après avoir modéliser Enola GayEnola Gay, le B29 du colonel Paul Tibbets, il s'agit de le mettre en scène et de l'animer dans son environnement en y ajoutant la bombe Little Boy

Dans un premier temps, il s'agit de se renseigner par rapport aux caractéristiques de vol, la météorologie de l'environnement au moment voulu, etc. Une fois ces paramètres définis, il faut créer l'imagerie de l'environnement. Dans ce cas il y a deux environnements; un lieu qui fait penser au matin du décollage de la base militaire de Tinian et un lieu qui reprend les éléments de l'approche de la ville d'Hiroshima. Le parti pris est de respecter l'ambiance, mais de ne pas prendre les lieux définis historiquement. Les lieux seront des lieux actuels et autres, ceci pour reporter à nos jours, l'aspect inhumain d'un choix purement scientifique. Les deux lieux seront choisis froidement dans des bases de données d'images HDRI. Le lieu de la scène principale au sol est créée à partir d'une image panoramique standard modifiée qui suggère une île plate comme Tinian. Le lieu des trois autres scènes doit être en front de mer avec du relief et une ville. L'image utilisée sera une vue panoramique HDRI de Kistilano et la scène se déroulera en dessus de Vancouver Nord. 

Maintenant, il faut modéliser la bombe Little Boy en se basant sur des images provenant d'internet. Les renseignements sont très faciles à obtenir sur différents sites. 

ModelingLB

Il faut faire vivre la scène. Mise en place de l'animation avec Blender®. Une caméra montée sur un cercle permet d'obtenir des mouvements fluides et cohérents. La combinaison de quatre axes au minimum permet de rendre le déplacement dans l'espace de la même façon qu'avec une grue. Seuls quelques éléments, autres que la caméra, bougent dans la scène. Des éléments statiques permettent des mouvements rapides de la caméra tout en focalisant l'audience sur le sujet. 

animation001

Création de quatre scènes. Pour permettre une accélération de la dramaturgie du teaser, le croisement de plusieurs scènes est intéressant. Le parti est pris de croiser deux scènes principales. La première étant celle au sol et la seconde le vol d'Enola Gay. Les deux autres scènes servent de supports dynamiques d'accélération. Plus le film avance dans le temps, plus les plans s'entrecoupent rapidement. A la fin, la scène additionnelle du passage sous le ventre de l'avion apporte une dernière accélération. Pour finir cette dernière est passée rapidement à l'envers en quelques images pour l'aspect de "conscientisation de l'irréversible". Puis le film termine sur l'explosion en lumière.

Les quatre scènes sont; la scène principale au sol (1), la scène en vol d'approche d'une ville similaire à Hiroshima en front de mer (2), le passage avec cadrage de l'ouverture des soutes (3) et la scène d'explosion nucléaire du point de vue lumière uniquement (4). 

EnolaGay021
Scène principale (1)

EnolaGay022
Scène en vol (2)

EnolaGay023Ouverture des soutes (3)

EnolaGay024Explosion (4)

Les quatre scènes sont rendues, soit près de 4'000 images pour moins de 90 secondes de film après montage. 

Montage des séquences est effectué selon la mise en place décidée plus haut. Pour augmenter l'effet dramatique, deux musiques sont choisies. Une première qui permet une accélération et une montée en puissance (The Summoning, Linkin Park) et une seconde, cathartique, qui permet la consientisation (Descent, Red). Le rythme de film sera pris sur la première musique. L'enchaînement des plans correspond aux marqueurs phoniques de la musique. L'explosion est supportée par des sons mixés collectés sur une freesound. Après l'apothéose, une réplique prise de la pièce concernée catalyse le stress de l'accélération et se servant de la seconde ambiance musicale. Ce travail est effectué sur Final Cut©

montage001

Enfin, le teaser est sur YouTube. 

teaser001small 

icon yt